energiewende

Le début d'année boursière solde les comptes de l'an passé, et rend les contre-performances d'autant plus visibles que les bilans, globalement, sont très positifs. Toujours englué dans les mêmes marécages, l'indice français des grandes capitalisations a malgré tout gagné 15,23 % sur l'année, alors que le DAX allemand, habitué aux vertiges des hauteurs, s'est apprécié de 29 %, et échoue à un jet de piolet de ses sommets de 8 000 points, déjà atteints en 2000 et en 2007. Mais la performance offerte par les grands producteurs européens d'énergie, engagés dans une course à l'abîme et auxquels Les Échos consacraient un dossier dans leur édition du 18 décembre, s'égrène à l'opposé comme un chemin de croix : le franco-belge GDF Suez, - 24,8 %, l'électricien national, toujours propriété à 85 % de l'État français, - 20,8 %, et - 82 % sur cinq ans. En Allemagne, si RWE reste positif sur l'année avec + 12,3 %, l'action perd quand même 67,3 % sur cinq ans, tandis que celle de son concurrent E.on baisse de 15,7 %. Et en Espagne, le cumul d'infortunes qui frappe Iberdrola tourne à la malédiction puisque, en plus des difficultés de son marché national, il doit faire face en Bolivie à la nationalisation de ses filiales locales, et commence à se vendre par départements.
Leur métier, qui consiste pour la plupart d'entre eux à produire avec des moyens extrêmement lourds un élément que ses propriétés physiques rendent insaisissable, ce qui contraint à le consommer au moment même où il est créé, et à le distribuer à partir de ces lieux de production rares et centralisés jusqu'au plus humble hameau perdu au fond des vallées, n'a déjà rien de simple. Il les met en particulier à la merci des vents contraires de la dépression économique, laquelle va réduire la demande alors qu'ils n'ont que peu de moyens d'adapter les coûts de leur offre, puisque les frais fixes de leurs lourdes centrales pèsent toujours du même poids. Ils doivent aussi composer avec des tarifs toujours largement fixés par la puissance publique, et bien en dessous de l'optimum. Ils doivent, enfin, encaisser les chocs du tournant énergétique, qui les oblige notamment à acheter à des prix qu'ils ne maîtrisent pas, et sont très supérieurs à ceux de leurs moyens propres, une production dont ils n'ont aucun besoin et qui conduit, en Allemagne, à l'apparition de ces merveilleux prix négatifs, les électriciens payant leurs clients pour les débarrasser d'une production qu'ils sont obligés d'acheter.

C'est que le fonctionnement du système repose en totalité sur l'ajustement permanent et instantané de l'offre à la demande, et se trouve donc constamment déséquilibré, de façon transitoire avec les variations quotidiennes et saisonnières de la demande, de façon structurelle lorsque l'on s'obstine à mettre en service de plus en plus de moyens de production dont on ne peut ni prévoir ni contrôler ce qu'ils produisent. L'inconséquence de la démarche devenant de plus en plus criante, le tournant énergétique, dont, en Allemagne, la Frankfurter Allgemeine Zeitung rend compte dans sa rubrique energiewende, résonne de plus en plus souvent comme une litanie du désenchantement. Pour ne citer qu'un exemple, le Schleswig-Holstein, comme son voisin danois, se couvre ainsi d'éoliennes, dont Marlies Uken montre bien pour Die Zeit à quel point elles entraînent de fantastiques effets d'aubaine. Pour acheminer cette énergie, le gouvernement fédéral prévoit de construire 2 800 km de lignes à haute tension dont, évidemment, personne, nulle part, ne veut dans son jardin.
En France, où la transition a du retard, on se contente pour l'heure de mettre en place les petits rouages d'une mécanique absurde, une sorte de pendant purement règlementaire aux machines de Rube Goldberg. Ainsi, le ministère nous a récemment gratifiés d'un immense moment comique, qui témoigne de l'inquiétude que suscitent les pointes de consommation saisonnières ; pour y remédier, il instaure un mécanisme dit de garantie de capacité, qui, en contraignant les fournisseurs d'électricité à garantir la sécurité de l'approvisionnement, les force à acheter les garanties en question auprès des producteurs de courant. Nulle part, bien sûr, on ne mentionne le fait que la production et la distribution sont assurées par les mêmes entités, lesquelles vont donc se garantir elle-mêmes. Dans un genre voisin, RTE pourra désormais, en cas de besoin, couper le courant des sites industriels gros consommateurs d'électricité, avec comme contrepartie un dédommagement financé par les consommateurs ordinaires.

La mesure, au demeurant, n'a rien d'absurde, et il est sans doute plus rationnel de compenser les pertes que subissent ainsi, de façon exceptionnelle, les industries, que d'entretenir à l'année des moyens de produire de l'électricité qui servent trop peu souvent pour être rentables. Le problème, naturellement, survient lorsque l'exception devient une habitude, lorsque, à force de s'obstiner dans la construction d'un système de production d'électricité déséquilibré par nature, on épuise les nécessairement faibles capacité de régulation. Le politique a pour raison essentielle d'imposer son pouvoir à la réalité ; pour ce faire, il ne dispose guère d'autre instrument que la règlementation. Tant qu'il s'agit de résoudre des questions sociales, et pour peu qu'il ne rencontre pas de vive opposition de la part de citoyen mobilisés, même en faible nombre, ce pouvoir suffit. Quand on aborde le domaine économique, celui où règne l'argent, ses possibilités d'action se réduisent d'autant plus que l'opposition n'a alors plus besoin de s'exprimer dans la rue, puisqu'elle dispose d'un bien plus vaste choix d'armes, la thésaurisation, l'exil, financier ou physique. Mais lorsqu'on met en place une politique qui vise à modifier les fondements physiques immuables sur lesquels l'univers s'est construit sans rien demander à personne, et encore moins au gouvernement, fondements qui impliquent par exemple qu'on ne peut stocker de l'électricité qu'en très faible quantité et en employant des moyens ruineux, le pouvoir n'a d'autre allié qu'un rideau d'ignorance bien ténu, qui peut se lever à chaque instant et de façon simple, lorsque l'on détaille sa facture d'électricité. Engagé dans cette transition énergétique d'autant plus dogmatique, aveugle aux réalités et sourde aux critiques, que, en France, rien ne la justifie, il ne pourra plus très longtemps compter sur le silence des citoyens, et la complaisance des journalistes. Comme l'écrit Andreas Mihm, toujours dans la FAZ, les objectifs environnementaux auraient pu être atteints sans cette politique, tandis que l'approvisionnement électrique est aujourd'hui plus cher, et moins sûr.

Haut de page